Bienvenue dans l'univers des BAROUDEURS

 

ACCUEIL VAN INTO THE WILD2ACCUEIL VAN INTO THE WILD510377485_10204268320801021_5394126912177081568_n

"Le bonheur n'est réel que s'il est partagé" Chris McCandless.

L'histoire de ce journaliste a marqué chacune de nos deux âmes amoureuses de la nature et assoiffée de découvertes.

Nous tenterons sur ce blog de passionnés de dénicher grâce à notre Van Into the Wild, les plus beaux coins, de vous faire vivre les plus belles rencontres, et de partager nos préparations sportives pour l'atteinte d'objectifs.

Lorsque la participation à une épreuve de belle envergure s'allie à l'environnement naturel qui l'entoure, le résultat demeure entier.

Nous espérons que chacun d'entre vous puisse se retrouver dans cet esprit d'évasion et nous suivre pour que l'on aille plus loin et plus haut encore.

MONT BLANC, un rêve de gosse

MON ASCENSION DU MONT BLANC PAR LES 3 monts.

Bon voilà, un rêve de gosse vient de se réaliser.

C’est après 3 mois d’entrainement (Le mont Mounier, Pépoiri, le Pas de l’Arpette, Le Ténibre, les allumés de la pleine lune, légumes, poissons, eau et sommeil) que Jean Francois, Emile, Pierrot et moi, prenons la route pour St-Nicolas de Véroce (74) ce dimanche 19 juin.

Vers 17h30, nous débarquons au chalet Mont Joye, devant lequel Annie (la maitresse de maison) nous accueille chaleureusement, (salut les niçois!!!)

TARTIF à volonté le soir!
au petit matin, je suis debout à 5h30, je me poste sur la terrasse émerveillé par la pointe de Bionnassay.
Aller-retour au vieux campeur de Salanche, achat du pic nic, et je retrouve les autres au dejeuner.
Départ pour l’ascension du Mont Joly 2525 m.

Le soir rdv avec Olivier Dufour notre guide à st Gervais pour briefing rando glacière du mardi.

Départ 4h00 du mat du village du Tour, à la frontale nous attaquons la Moraine en direction du refuge Albert 1er, que l’on aperçoit très haut.
NOS YEUX sont éblouis par la beauté du site ,le glacier devient bleu puis blanc, éclairé par le lever du jour.
Arrivé au refuge, nous chaussons les crampons, puis attaquons le col du midi du plan, puis l’aiguille du Tour, situé en surplomb du glacier de Trient. Deux milles mètres de dénivelés positifs.

12966857_10207690756839783_632617675_n

 

12966435_10207690756799782_1869277174_n

 

 

12988043_10207690757079789_553839490_nAnnie, nous réconfortera avec une bonne raclette.
Le lendemain matin, journée de repos, on pic nic au lac de Javen à Megève.

Puis, une idée me vient, massage aux thermes de St-Gervais!!!
RDV à 15h OO aux thermes.
On enfile les peignoirs, une hôtesse nous prend en charge, un par un, tout d’abord modelage du corps au lapiaz de Platé. Une merveille, allongé sur le dos, les yeux fermés, rafraîchi par une eau pure coulant en permanence sur le corps pendant qu’une douce jeunette remet à neuf l’ensemble de ce qui me sert de muscles.
Puis enveloppe d’argile, bains bouillonnants et hammam clôturent la journée et l’épanouissement de mes 3 compères.

Ce philou a pensé à tout, diront ils!

jeudi, JOUR J.

12966362_10207690756959786_2123517127_n
départ 16h00, Aiguille du Midi, Col du Midi(on y est), puis traversée du plan vers le refuge des Cosmiques 3600 m.

12966339_10207690756279769_601966892_n

12968633_10207690756359771_1121936212_n
12968768_10207690755959761_1487879277_nEn entrant, après avoir déposé, piolet et crampon dans une caisse, je pioche au milieu de ces géants d’autrichiens, danois et tchéques, une pantoufle taille 38, puis un autre pieds gauche 45, ça ira, pas de manières à 3600, on gagne notre chambrée, nickel, très clean, et qui en face de moi? MR PIERRE TARDIVEL qui conduit 2 gars d’Annecy, hyper humble et accessible!!!

REPAS 19h30, soupe savoyarde et sauté de veau au curry puis fromage blanc, nos deux Oliviers (guides) en ont repris 3 fois.

Après petit somnifère: stylnox,4h de sommeil profond et réparateur, lever à 1h00, en pleine forme, puis vers deux heures, on attaque le Tacul, temps doux, 130 sur l’ascension, environ deux heures, jolis séracs à contourner, la trace était tout de même droite!!

12939367_10207690755599752_1622978349_n

 

 

Puis ascension du Maudit, très raide au début puis verticale sur les 100 derniers mètres, assurés par olive, on escalade ce mur de glace, tenu par les deux crampons avant et hissé à la force du piolet, derrière moi, beaucoup de gaz, mais mon enthousiasme et mon excitation l’emporte sur mon appréhension.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivés sur l’arête du Maudit, très étroite, on descend vers le col de la Brenva, très joli glacier bordé de corniches sculptées à travers lesquelles apparaissent les premiers rayons du soleil, féerique!!!!

Reste les derniers 500 m, acclimatés nous les montons à petits pas mais sereins.

4810m, 09h00 du mat, ça y est on y est, il fait -11,ce qui nous permet d’y rester 30 mn. Tardivel me félicite, les deux Oliviers aussi, moment inoubliable, des canadiens déroulent le drapeau à feuille d’érable, un petit drapeau planté au sol témoigne d’un dépôt de cendre récent (émouvant), devant moi, le Cervin, le Mont Rose, le Viso, le mont Pourri, le glacier de la Vanoise, la barre des Ecrins, paraissent si petits, je suis le plus haut aujourd’hui!!!!!!

La descente se fait par l’arête sud, puis des bosses, avant d’atteindre le refuge Vallot, ou l’on tombe deux couches, crème solaire, stick lèvres et lunettes glacier indispensables.
Apres une courtes remontée, nous descendons droit sur le dôme du Gouter, un skieur nous double taillant deux trois belles courbes.

A gauche, l’aiguille de Bionnassay, puis le dôme de Miage, enfin le refuge du Gouter, on se détend, s’étire, il fait chaud, on est bien (entamé).
On s’encorde, casque sur le teston, et commençons à désescalader cette putain d’aiguille pendant deux heures.
Tout en bas c’est le couloir de la mort!!
Olive nous dit fermement  »marchez vite mais ne courrez pas, je m’occupe des pierres!!
Ça se passe bien!

Etirements à tête Rousse, puis cerise sur le gâteau, nous nous jetons comme des gosses dans les cinq ou six toboggans de neige, dans le glacier de Bionnassay, nous gagnons rapidement le nid d’aigle 2300m.
Aprés un coca bien frais offert par nos guides, nous prenons le train vers Bellevue puis la bene des Houches.
Une des journées les plus belles de ma vie, avec la naissance de mon fils se clôture par le pot de l’amitié, nous donnant l’occasion de remercier nos guides Olivier Dufour et Olivier Daligaut pour leur professionnalisme et leur humilité devant la montagne.

PAR LES TROIS MONTS, le Mont Blanc est tout sauf une course de taffioles, fait exprès, ce jour-là j’ai 35 ans pile.

Bravo à Jeff, Emile, Pierrot et moi-même!

LEAVE A COMMENT